Rythmes scolaires: pourquoi Le Mée n'est pas prêt!

Publié le

Rythmes scolaires: pourquoi Le Mée n'est pas prêt!

Pourquoi la commission éducation de la ville qui réunit des élus de tout bord a-t-elle été écartée de la réflexion sur les rythmes scolaires? Pourquoi le sujet des rythmes scolaires n a-t-il jamais été inscrit à l’ordre du jour du conseil municipal depuis plus d’un an? Pourquoi aucun projet éducatif territorial n’a-t-il été soumis à la concertation, la municipalité se bornant à présenter des projets d’emploi du temps? Quel sera le prix de la garderie à la rentrée? …

Autant de questions posées par nous-mêmes ou par les parents présents au conseil municipal le 4 juin et qui sont restées sans réponse.


Le Maire a botté en touche et mis en cause l’inspection d’académie. Comme si les insuffisances de l’Etat devaient justifier celles de la Mairie.


C’est dans ces conditions de flou que le Maire a soumis, le 5 juin, dans la précipitation, deux propositions de calendrier hebdomadaire au vote de la communauté éducative. Faute de débat préalable, il a omis de donner toutes les informations aux parents et aux enseignants et personnels invités à voter. Dans l’une des écoles, les informations affichées par des parents a même disparu pendant la journée de vote !

Les deux propositions n’étaient accompagnées d’aucun projet éducatif spécifique empêchant ainsi le choix éclairé des participants à la consultation. Quant à l’une des propositions, elle ne prévoit que quatre matinées travaillées alors que le Ministère de l’Education Nationale en recommande cinq…

Cette deuxième solution n’a donc que très peu de chances d’aboutir. C’est pourtant celle qui a été adoptée.

Résultat, la solution que le Maire a fait approuver, n’est visiblement pas dans les clous … et risque de se faire retoquer par l’Inspection d’Académie.


A moins que ce ne soit justement l’objectif poursuivi: expliquer à nouveau que c’est la faute de l’Etat pour détourner l’attention de l’impréparation de la commune.

En pratiquant ainsi, l’équipe municipale instrumentalise la communauté éducative à des fins politiciennes, bien éloignées des intérêts des élèves.



Ce sont au final les élèves, les parents et les personnels et qui en pâtiront.