Les démêlés du Maire avec la préfecture!

Publié le

Les démêlés du Maire avec la préfecture!

Je vous racontais la semaine dernière les jugements successifs du tribunal administratif de Melun condamnant le Maire du Mée pour ses manquements à la légalité. Pas moins de deux jugements à son encontre depuis les élections de mars dernier.

Mais ce n'est pas tout!

La préfecture, également, a dû intervenir, ces dernières semaines, pour lui rappeler les règles de droit. Elle vient de l'obliger à revoir sa copie à deux reprises. En cause : deux délibérations votées au conseil municipal au lendemain des dernières élections, et non des moindres! L’une porte sur le niveau des emprunts que peut souscrire le maire sans vote du conseil municipal : le Maire avait tout simplement «oublié » d’en fixer les limites en termes de montants. L’autre concerne les indemnités des élus : un sujet décidément délicat à la Mairie du Mée si on se souvient qu’en 2008, le Maire s’était déjà fait taper sur les doigts par le préfet de l’époque pour avoir pris une décision illégale en la matière.

Placé devant l'évidence, il n'a eu d'autres choix que de retirer les deux délibérations illégales et d'en faire voter des nouvelles lors du conseil municipal du 2 juillet.

Bien sûr, à l’entendre, le Maire n'est pour rien dans la multiplication des illégalités sanctionnées par le juge ou par la préfecture. Un jour, ce sont les élus de l’opposition qui lui cherchent des noises, un autre c’est le tribunal administratif qui n’applique pas la jurisprudence, un troisième c’est le contrôle de légalité de la préfecture qui est trop tatillon.

Bref, ce Maire qui a tant de difficultés à appliquer la loi, veut faire croire qu’il est la victime, au risque de renverser les rôles.

L'intervention du juge et de la préfecture sont toutefois là pour rappeler que le premier magistrat d'une ville ne peut pas s'exonérer de la loi, a fortiori de façon répétée.