Faire baisser le prix de l'eau au Mée, c'est souhaitable!

Publié le

Faire baisser le prix de l'eau au Mée, c'est souhaitable!

Avec un prix de 4,79 euros par m3 au 1er janvier 2014, les habitants du Mee paient le prix de l’eau beaucoup plus cher que beaucoup de Français.

Ce n’est pourtant pas inéluctable. Beaucoup de villes ou d’agglomérations ont fait baisser les prix fortement au cours des dernières années, soit en passant en régie (gestion publique), soit en y incitant les prestataires privés. À Paris, le prix de l’eau est ainsi 1/3 moins cher qu’au Mee. À Saint Étienne, la seule menace d un passage en régie a permis une baisse des prix de 24% de la part du prestataire privé.

Au Mée, l’opportunité existait de faire baisser les prix mais aussi d’obtenir un meilleur service. Car outre la question des tarifs, la vétusté du réseau (plus de 900 branchements sur 2554 au total seraient en plomb) et son faible rendement au détriment de l’environnement (en 2013, les pertes en eau ont dépassé les 20% alors que le Grenelle de l’environnement fixe cette limite à 15%) sont préoccupants.

En effet, le contrat de distribution dans lequel la commune est enfermée avec la filiale de Veolia arrive à expiration.

Dès le mois de mai, nous avons fait plusieurs propositions au conseil municipal:

- transférer la compétence en matière d'eau à l’agglomération: on pèse en effet plus dans une négociation lorsqu’on représente 110.000 habitants que lorsqu’on en représente 21.000.

- lancer une étude pour déterminer la possibilité de passer en régie publique. La crainte d’un passage en régie pousse les entreprises, quel que soit le résultat de l’étude, à devenir plus compétitives par crainte de perdre le marché.

- dans l’attente des résultats de cette étude et afin de permettre le transfert de la compétence en eau à l'Agglomeration, relancer la concurrence pour un marché sur une période courte.


Appliquant à merveille l’adage "Demain on rase gratis", le Maire du Mée nous a expliqué qu’il était tout à fait d accord avec nous mais qu’on en reparlerait dans ... très longtemps!!!! puisqu’en attentant il repartait sur un marché avec un prestataire privé pour une durée de 10 ans, soit au moins jusqu’en 2025.


Il est vrai que d’ici 10 ans, de l’eau aura coulé sous les ponts:-)


Pour justifier sa position, il a tenté de nous expliquer qu’il ne pouvait pas faire autrement puisque la ville de Melun avait, de son côté, contracté à nouveau avec la filiale de Veolia il y a plusieurs mois.


Cet argument ne tient pourtant guère la route.

  • Comment en effet expliquer que la ville du Mée n’ait pas anticipé cette question plus tôt? Les majorités municipales du Mée et de Melun ne gouvernent elles pas l'Agglomération ensemble depuis de nombreuses année et n'avaient elle pas tout loisir pour coordonner la fin de leurs contrats?
  • Si cela n’a pas été possible cette fois-ci, qui peut croire que cela le sera dans dix ans? Ne nous expliquera-t-on pas alors que les dates d’échéance différentes des contrats empêchent à nouveau d’agir? Si l’argument était fondé, il aurait d ailleurs été logique d’aligner la durée du contrat sur l échéance de celui de Melun et non reproduire les différences d’échéance à l infini.
  • Mais surtout, cette position est dangereuse : en exprimant publiquement que nous sommes obligés de faire la même chose qu’à Melun, les représentants de la commune laissent entendre aux sociétés en concurrence et notamment à la filiale de Veolia, titulaire du contrat méen mais aussi du nouveau contrat melunais, que nos marges de manœuvre sont limitées. Or, l intérêt de ces sociétés n est pas nécessairement celui des habitants, bien loin s'en faut


Pour que les Méens beneficient d'une baisse très significative du prix de l'eau, il est nécessaire que le Maire reconsidère sa position.