Au Conseil départemental, ce n’est pas Noël !

Publié le

Au Conseil départemental, ce n’est pas Noël !

Ce matin, partout en France et en Seine-et-Marne, les enfants se réveillent pour aller découvrir les cadeaux qui ont été déposés dans leurs chaussons. Même en temps de crise, alors que le pouvoir d’achat se restreint, tous les parents ont à cœur de gâter leurs enfants. Tout simplement parce qu’ils sont notre avenir.

Mais cette année, du côté du Conseil départemental, le Père Noël ressemble plutôt au Père Fouettard, la nouvelle majorité départementale détricotant avec détermination les politiques en direction des familles que nous avions mises en place.

Ce fut d’abord, au début de l’été, la suppression de BébéBonus, une aide pour aider les familles à faire garder les plus petits à domicile. Elle bénéficiait à environ 12 000 familles en Seine-et-Marne, dont plusieurs centaines au Mée et dans notre canton.

Ce fut ensuite la décision d’arrêter de financer les Centres d’Information et d’Orientation (CIO) à compter de 2016, mettant ainsi en péril la lutte contre le décrochage scolaire.

Et nous venons d’apprendre lors du dernier conseil municipal au Mée, que le Conseil Départemental avait décidé de résilier au 31 décembre 2015 les conventions de financement aux équipements de la petite enfance, sans dire ce qui viendrait en substitution. Au Mée, cela représente près de 200 000 € par an. Interpellé à ce sujet, lors du conseil municipal du 17 décembre, le Maire du Mée, également vice-Président du Conseil départemental, a préféré répondre par un silence assourdissant.

Comme pour mettre les points sur les i, la nouvelle majorité départementale, a décidé de supprimer la subvention de 10 000€ du Département à l’UNICEF au motif que le Président du Conseil départemental ne saurait pas « ce que fait l’UNICEF dans le Département ». Or, comme l’a rappelé récemment la présidente de l’UNICEF 77 : « notre action a tout un pan international, mais nous intervenons dans les écoles du département pour sensibiliser aux droits des enfants. C’est important qu’ils connaissent leurs droits en matière de santé, d’éducation, de non-discrimination. Nous menons aussi des ateliers avec les jeunes de Melun, avec les Paralysés de France de Combs-la-Ville ».

En 2010, la Seine-et-Marne avait été le premier département à être reconnu « Ami des Enfants » grâce à l’action du Conseil départemental de l’époque. Une plaque avait même été apposée à l’époque à l’entrée de l’Hôtel du Département.

Tout un symbole …. !