Des "erreurs" dans les comptes du Mée?

Publié le

Des "erreurs" dans les comptes du Mée?

Cet aveu incroyable, c’est celui de l’élu en charge du budget, lors du dernier conseil municipal du Mée.

Sous la pression de nos questions sur les incohérences entre le compte administratif de 2015 et le budget 2016, il a en effet reconnu que les comptes 2015 que la municipalité venait de faire approuver comportaient des « erreurs comptables » (pour reprendre ses termes).

Revenons sur les faits. Au cours du débat sur le budget 2016, nous nous sommes interrogés publiquement sur les mouvements erratiques de plusieurs comptes d’une année sur l’autre. Jugez vous-mêmes :

  • Après s’être vantée d’avoir fait reculer les charges générales de fonctionnement entre 2014 et 2015, la municipalité a présenté un budget 2016 dans lequel elles repartent fortement à la hausse (+3,8% par rapport au réalisé 2015) alors que l’inflation est proche de 0.
  • Concernant les dépenses en eau et assainissement : elles auraient diminué de 34% entre le budget prévisionnel 2015 et le réalisé 2015 mais augmentent de 40% au budget prévisionnel 2016 par rapport au réalisé 2015 ;
  • Concernant les dépenses de chauffage : elles auraient diminué de 15% entre le budget prévisionnel 2015 et le réalisé 2015 mais augmentent à nouveau au budget prévisionnel 2016 par rapport au réalisé 2015 ;
  • Concernant les dépenses de carburants : elles auraient diminué de 40% entre le budget prévisionnel 2015 et le réalisé 2015 mais augmentent de 50% au budget prévisionnel 2016 par rapport au réalisé 2015, …

A chaque fois, il s’agit de postes budgétaires importants puisqu’ils dépassent les 100 000€.

Incapable de donner des explications cohérentes face à ces énormes variations, l’élu en charge du budget a fini par avouer que le compte administratif 2015 comportait des « erreurs comptables », puisque les charges n’étaient pas toujours imputées sur la bonne année …

En d’autres termes, les comptes qui ont été présentés au conseil municipal ne correspondent pas à la réalité.

Un aveu incroyable et grave quand on sait que les principes budgétaires applicables aux communes, comme à toutes les collectivités, prévoient que ... les dépenses et les recettes doivent être évaluées de façon sincère, sans omission, majoration ni minoration… et qu’elles ne doivent être volontairement ni surévaluées, ni sous-évaluées.

C’était le devoir de la municipalité de présenter des comptes sans « erreurs ». C’est notre devoir désormais de saisir le préfet et la chambre régionale des comptes.