2010 sous le signe des convictions

Publié le

Vous trouverez ci-dessous le texte de notre tribune à paraître dans le prochain journal municipal. et consacrée à notre ami Jean-Pierre Divoy malheureusement décédé le 1er décembre dernier.
Nous l'avons transmis le 31 décembre, date butoir donnée par le service communication de la Ville. Plusieurs semaines s'écoulent parfois entre la date de transmission de nos tribunes et leur date de parution, sans que nous en connaissions la raison exacte.


2010 sous le signe des convictions

Notre ami Jean-Pierre Divoy nous a quittés le 1er décembre dernier. Conseiller municipal au sein de l'équipe de Robert Samyn jusqu'en 2008, il avait souhaité être à nouveau candidat sur la liste que nous menions lors des dernières élections municipales.

 

Avec nous, il voulait faire du Mée un pôle de vie de l’Agglomération, en encourageant la vie démocratique et associative, en plaçant la culture, l’éducation et l’emploi au cœur de notre projet, et en mettant l’accent sur le cadre de vie des habitants (logement, environnement, transports).

 

Membre de nombreuses associations, militant de la tolérance, il s'était notamment investi dans le domaine culturel. On lui doit en particulier le salon du livre de Melun qui chaque année draine des auteurs de toute la France et des visiteurs venant d'au-delà de notre agglomération, contribuant ainsi à son rayonnement.

 

Convaincu que la culture doit être ouverte à tous, il était encore plein de projets, regrettant parfois de ne pouvoir les voir éclore au Mée. Il rêvait ainsi d'un salon de la bande dessinée et d'un renouveau du Musée Chapu, enfermé dans des locaux trop petits et mal signalés.

 

Jusqu'au bout, Jean-Pierre Divoy fut un citoyen engagé dans la vie municipale. Peu de jours avant son opération, il assistait encore au conseil municipal du 1er octobre, interrogeant le Maire sur les raisons qui poussaient ce dernier à rompre avec le choix de ses prédécesseurs, René André et Yves Agostini, en décidant de supprimer des services municipaux dans les quartiers pour les regrouper dans une nouvelle Mairie.

 

Homme de parole, Jean-Pierre était un homme de conviction. Il n'avait pas peur de les affirmer car quand on exerce des responsabilités publiques, il savait très bien qu'il n'est pas sain de les masquer.

 

C'est en sachant qu'il croyait profondément dans les valeurs que nous portions ensemble que nous  poursuivrons en 2010 le travail engagé depuis plusieurs années à ses côtés.

Très bonne année à tous.

 

Jean-Pierre Guérin et les élu(e)s de la liste « Pour Le Mée, Respecter chacun, Agir vraiment »