Ce n'est pas un conte de Noël!

Publié le

Jeudi matin, je suis parti dès 6h au travail. L’avantage à cette heure-là, c’est qu'il n y a pas encore d'embouteillages sur l’A104. En général, je mets ce trajet à profit pour penser aux rendez-vous de la journée ou pour réfléchir aux projets des jours à venir:  en l'occurrence, la perspective de quelques jours de vacances avec mon fils dans la Drôme à partir de dimanche avant de revenir passer le jour de l’an au Mée.


Jeudi matin, je repensais aussi au conseil municipal de la veille
. L'idée même de convoquer un conseil municipal en plein pendant les fêtes a déjà quelque chose d'inhabituel.

Mais surtout, quelle déception de constater le climat lourd et pesant qui y régnait.  L'esprit de noël et de partage n'a pas "illuminé" les débats, malheureusement. Rien ne nous a été épargné : ni la mauvaise foi, ni les attaques personnelles sans lien avec les sujets évoqués. Comment un élu de la majorité peut-il déraper et aller jusqu'à s'en prendre au physique d'un élu présent, quand bien même il n'appartient pas à son "camp"?

Parfois , je me demande ce qui justifie  de tels excès de langage. Nous payons cher le fait de remplir pleinement notre mandat de conseillers municipaux d’opposition! C’est probablement le lot de celles et ceux qui s'expriment sans crainte des intérêts en place. Mais j'ai quand même du mal à m'y faire. J’espère toutefois que nos vies privées seront épargnées.


Hier matin, je suis allé aux  Sorbiers.
Je voulais en avoir le cœur net et vérifier l’implantation précise des containers enterrés devant les commerces. En plein conseil municipal, la liste du maire nous avait accusés de mensonge parce que nous regrettions l’insuffisante concertation  sur l’implantation de ces containers.

En supprimant plusieurs places de stationnement et en obligeant les clients à stationner en double file ou sur le parking de la piscine, cette localisation cause potentiellement un préjudice aux commerçants. Les commerces du Mée souffrent déjà beaucoup. Il est de notre responsabilité de poser la question. Qui sinon le fera ? Et nous n’avions pas tort, puisque des dires mêmes de l’Adjoint au Maire, ladite concertation a été réduite à sa plus simple expression : une seule réunion à laquelle un seul commerçant a pu venir…


Cet exemple
peut paraître anecdotique. Il en dit long toutefois sur le climat qui règne au sein de la municipalité depuis plusieurs mois. Le conseil municipal du 23 décembre en a été un bel exemple. Alors que des sujets importants étaient  à l’ordre du jour (endettement de la commune pour payer la nouvelle Mairie, coût du pole petite enfance, ….), et que la salle était pleine, venue demander des explications sur le transfert de la Mairie, le Maire a essayé de faire porter aux autres la responsabilité de la fuite en avant dans la gestion municipale.

Le changement de date du conseil municipal ? C’est faux prétend le Maire qui avait pourtant mentionné une autre date dans le dernier Mée Actu. Le report à 3 reprises et à la dernière minute des commissions finances ? C’est la faute de l’opposition prétend le Maire incapable d’assumer ce dysfonctionnement.  Le double langage de la Mairie sur la nature du prêt de 21 millions d’euros qu’elle vient de contracter et dont elle a prétendu qu’il s’agissait d’avances et non de prêts ? Il n y est pour rien. Le caractère énergivore de la future Mairie classée en G sur une échelle de A à I  d’après le diagnostic énergétique du 25 mai ? Il prétend qu’elle est classée en E … oubliant de mentionner que l’échelle qu’il utilise va cette fois de A à … G.


Ce conseil municipal n’avait rien d’un conte de Noël !


Il est temps que cela change et que chacun retrouve un peu de sérénité. C’est l’un de mes vœux pour 2010.