Dans les collèges du Mée, c'est presque la rentrée!

Publié le

photos300811 002Il y aurait bien des raisons d’être morose à moins d’une semaine de la rentrée scolaire : forte augmentation du coût de la rentrée dénoncée par l’ensemble des associations familiales, suppression de postes d’enseignants, fermetures de classes, taux d’encadrement très insuffisant en Seine-et-Marne…

Et pourtant, j’ai voulu voir des raisons d’espérer dans les visites des deux collèges du Mée/Seine que nous avons faites lundi dernier avec Vincent Eblé, le Président du conseil général et en présence de la représentante de l’Inspecteur d’académie. Avec pour conviction que la réussite scolaire s’adresse à tous. C’est un message que je porte sans relâche : investir dans l’éducation, voilà la meilleure façon d’investir dans l’avenir.

Les collèges étant de la responsabilité du conseil général (les écoles relèvent des communes et les lycées de la Région), je veille donc à encourager les expériences innovantes menées dans notre canton et au Mée.

Au collège La Fontaine, dans le quartier des Courtilleraies, il y avait déjà comme un goût de rentrée. Avec le soutien financier du conseil général, plusieurs dizaines d’élèves y bénéficient chaque année du dispositif « collège ouvert ». Cette initiative qui s’adresse aux établissements situés en ZEP ou en secteur « politique de la ville » permet à des élèves de renouer avec le collège pendant les vacances scolaires. Dans le cadre d’activités sportives, culturelles ou éducatives, ils peuvent ainsi avoir un regard nouveau sur le collège qui les accueille le reste de l’année. Au programme de notre visite, nous avons ainsi circulé entre les ateliers ping pong, dessin et danse. Mais d’autres activités s’adressent par exemple aux élèves de CM2 qui s’apprêtent à rentrer en sixième, facilitant ainsi la transition de l’école élémentaire vers le collège.

Certes, ces dispositifs, sur la base du volontariat, ne bénéficient qu’à un nombre limité d’élèves. Mais ils démontrent que l’innovation éducative n’est pas réservée aux établissements les plus huppés, dès lors que la volonté politique existe.

L’ambiance était tout autre au collège Elsa Triolet. Les tableaux noirs et les craies de notre enfance appartiennent depuis longtemps au passé dans cet établissement entièrement rénové par le conseil général. Mais la révolution numérique vient de franchir un nouveau pas avec l’installation à l’initiative du conseil général d’équipements numériques ultra modernes à cette rentrée, faisant de cet établissement l’un des pionniers en Seine-et-Marne. Ce sont ainsi 20km de câbles, 12 armoires électriques, plus de 650 prises, 266 points de connexion qui ont été déployés dans le collège cet été, tandis que 43 vidéoprojecteurs et PC, soit un par classe, ont été mis en place.

La démonstration qui nous a été faite nous a impressionnés. En un coup de stylet, on passe ainsi d’une portée musicale à la présentation d’un article de journal des années 30 puis à la résolution d’un exercice de maths. Mais cette innovation permise par le conseil général n’est possible que grâce à un fort investissement de l’équipe éducative et à l’accompagnement d’une association Solidarité Informatique 77 qui permet notamment de limiter les risques de fracture numérique entre les élèves. Le recours au numérique ne doit pas servir à creuser les inégalités.

L’installation de ces nouveaux équipements profitera enfin bien au-delà des collèges du Mée. Plusieurs écoles élémentaires du Mée vont en effet se voir doter par le collège d’équipements informatiques que ce dernier vient de voir remplacés.

Au moment où les inégalités se creusent, nous ne devons pas baisser les bras et garder l’ambition de la réussite pour tous.

Bonne rentrée à tous !