Dans notre canton et au Mée, la gauche en pole position

Publié le

Avec Jean-Marc Ayrault et Olivier Faure à la gare du Mée

Mercredi 25 avril

 

Avec Jean-Marc Ayrault, Député-Maire de Nantes et Président du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale et avec Olivier Faure, candidat aux élections législatives dans la 11e circonscription de Seine-et-Marne

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus de 32% dans le canton, et même 36% au Mée pour François Hollande, c’est un score rarement atteint par le Parti Socialiste sur notre territoire. C’est près de 10 points de plus que Nicolas Sarkozy et même un écart supérieur à 15 points au Mée. Chacun comprendra ma satisfaction face à ce résultat, et notamment la dynamique que nous avons réussi à créer dans la commune dont je suis l’élu. Alors qu’au plan national, notre candidat progresse d’un peu plus de 2% par rapport à Ségolène Royal en 2007, il gagne plus de 6% au Mée/Seine, probablement l’une des progressions les plus nettes en Seine-et-Marne. Et il dépasse même les 40% dans plusieurs bureaux de vote.

 

Je veux y voir l’effet d’une campagne de terrain même si je n’ignore pas que rien n’est gagné pour le 2ème tour. Le score du Front National (17% dans le canton), tout comme les déclarations inquiétantes du candidat sortant, nous incitent à la vigilance.

 

C’est fort de l’élan que nous a donné le 1er tour que nous sommes repartis dès lundi en campagne sur le terrain. Mardi matin, à la gare du Mée et à la gare de Cesson, l’accueil était extrêmement chaleureux. Et parmi les nombreux témoignages de sympathie que l’on nous a adressé, l’un d’entre eux, plus que d’autres m’a touché : celui de cette habitante qui m’a dit : "je ne savais pas pour qui voter. Mais à force de vous voir le matin sur le terrain, j ai vu que vous vous leviez tôt vous aussi pour défendre vos convictions et j ai finalement choisi le candidat que vous soutenez."

 

Mercredi après-midi, malgré la pluie battante, l’heure était pour nous à la visite de terrain en compagnie de Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes et Président du Groupe Socialiste à l’Assemblée Nationale. Avec Olivier Faure, notre candidat aux élections législatives, je l’ai accueilli à l’arrivée du RER D pour lui faire rencontrer des habitants de notre Ville.

 

Arrêt chez les commerçants de l’allée de la Gare, rencontre avec une association d’insertion par l’emploi, dialogue avec des représentants de l’ADIC (association citoyenne) autour d’un thé ont agrémenté ces échanges. Désertification des commerces symbolisée par le départ de Leader Price, difficultés d’emploi, suppression des RASED pour les enfants en difficulté, accès à la santé, nécessité du respect de la parole donnée ont ainsi émaillé ces échanges.

 

Pour nous, c’était également l’occasion de mieux faire comprendre à une personnalité d’envergure nationale les spécificités de notre commune qui n’est ni la proche banlieue parisienne, ni un territoire « rurbain ». En faisant mieux connaître notre canton, je veux contribuer à sa promotion.

 

Mission réussie si j’en juge par l’évocation que fit Jean-Marc Ayrault de sa visite au Mée lors du meeting du changement que nous avons tenu le soir à Savigny-Le-Temple, en présence de Christiane Taubira, devant plus de 700 personnes, dont beaucoup venues du Mée, de Cesson ou de Vert Saint Denis.

 

Enfin, dès jeudi, nous avons repris le chemin du porte à porte. Et en trois jours de terrain sur Vert Saint Denis et sur Le Mée, ce sont plus de 500 foyers que nous avons visités avec toujours le même accueil. Un media internet de premier plan qui nous a suivi tout un après-midi a d’ailleurs souhaité s’en faire l’écho.

 

Beaucoup reste à faire pour donner corps au changement le 6 mai avec François Hollande. Mais nous avons la conviction que la campagne de proximité que nous menons est reconnue et identifiée par les habitants. C’est en tout cas notre ambition pour contribuer à la rénovation de l’action politique.