De contradictions en contrevérités : plus rien n’arrête la Mairie !

Publié le

Imprimée sur du beau papier, sur fond bleu et blanc, agrémentée de photos travaillées, barrée de titres tapageurs, « La Tribune », le 4 pages de la droite municipale vient d’être largement diffusée dans les boîtes aux lettres du Mée.

 

Reconnaissons le, la présentation est plutôt agréable après le tract indigne et truffé d’attaques personnelles que la même équipe avait diffusé en octobre dernier pour tenter de se justifier après avoir censuré notre tribune dans le journal municipal. Certes, ils ne peuvent éviter quelques dérapages en fin de tract. Mais ces derniers mois, ils nous ont habitués à bien pire!

Ce qui est plus ennuyeux dans le document, ce mois-ci, c’est les nombreuses contradictions ou contrevérités qui l’émaillent, amenant ainsi à douter de la bonne foi de ses auteurs.

 

Je me contenterai à ce stade de donner trois exemples que chacun pourra vérifier aisément.

 

A propos du marché, la liste du Maire nous explique que les prix ne sont pas trop élevés et que l’on n’y trouve pas de « produits discount » . Alors pourquoi conclure le même article en indiquant « le dernier dimanche du mois, les commerçants proposent dorénavant des articles à prix cassés » ? 

 

A propos du parking de la Maison de la petite enfance, on peut lire « le Maire a réaffirmé que la création d’une sortie routière sur la rue de la Noue, évoquée par la minorité municipale lors du conseil municipal du 23 décembre avait été abandonnée ». Or, dans un commentaire laissé ici même en réaction à mon article « Comme un air de sarkozysme » et que vous pouvez consulter, le Directeur de la Communication de la Mairie reconnaît lui-même avoir diffusé une information inexacte.

 

Contre toute évidence, la droite municipale prétend que  la ville a choisi de financer ses besoins (11 millions d’euros à ses dires) sous forme d’avances de trésorerie plutôt que de prêts. On a d’abord du mal à comprendre pourquoi la Ville a besoin d’avances de trésorerie puisque le même document nous explique un peu plus haut que la ville dispose d’un bon niveau de trésorerie.

 

On s'étonne également du montant de 11 millions d'euros car le montant contracté est de 21 millions d’euros sous forme de deux prêts (11 millions d'euros auprès d'une filiale du Crédit Agricole et 10 millions d'euros auprès de la Caisse d'Eparne). Il est vrai que le chiffre de 21 millions d’euros invalide le raisonnement de la droite municipale qui se borne à évoquer un besoin de financement de 8 millions d’euros pour le projet de renouvellement urbain et de 3 millions d’euros pour la future Maire mais passe sous silence 10 millions d’euros.

 

Mais surtout, il suffit de consulter les documents bancaires reproduits ci-dessous pour constater qu’on nous mène en bateau. Il n y a pas besoin d’avoir fait l’ENA pour lire qu’il s’agit de conventions de prêt, mettant à mal toutes les belles déclarations du Maire sur les soi-disantes « avances de trésorerie » qui ne seraient pas des prêts …

 

 

 contratpretca




contratpretce

Comment faire confiance  dans ces conditions à un Maire et à une équipe qui masquent à ce point la réalité des faits ?