Des pistes pour l'éducation

Publié le

école racineJeudi soir, j'ai participé à un débat passionnant sur l'éducation. Il était organisé par DynaMée*, une association créée par de jeunes Méennes qui avait déjà initié un premier débat sur les conséquences de la crise au quotidien.

 

Nous étions une vingtaine réunis autour d'une Directrice d'école, une psychothérapeute et la présidente départementale de la FCPE, la principale association de parents d'élèves.

 

Nous nous sommes aperçus dès les premières minutes que chacun a une relation passionnelle avec l'école qu'il connaît à travers son expérience d'ancien élève et parfois de parent ou d'enseignant. Fabienne, la psychothérapeute, nous a d'abord demandé les mots qui nous venaient à l'esprit à propos de l'école. Vacances, rentrée, enfants, parents, récréation ont rapidement fusé, mais aussi punition, notes, discipline.

 

La relation que nous entretenons avec l'école est donc souvent ambivalente. C'est ce qu'a souligné aussi Annie, la directrice d'école, insistant sur les notions de respect et de dialogue entre enseignants, parents et enfants comme conditions de l'épanouissement scolaire.

 

Rapidement, le débat a porté sur la place des différents acteurs: l'école, la famille, les associations, la puissance publique avec parfois des avis divergents. L'un des participants a ainsi évoqué l'exemple de l'école vietnamienne qui permet d'accompagner les enfants au-delà de la structure scolaire, tandis que plusieurs voix se sont élevées pour rendre toute sa place à l'école, aujourd'hui objet de beaucoup d'attentes alors qu'on réduit ses moyens.

 

Enfin, plusieurs personnes présentes (associations familiales, étudiantes) ont témoigné de leur expérience de soutien scolaire. Julie a ainsi parlé de son expérience dans une commune en dehors du Mée où les collégiens, orientés par les Maisons de quartier, signent un contrat avec les bénévoles chargés du soutien . Elle a également insisté sur la proximité d'âge entre formateurs et élèves qui facilitait la transmission d'expérience.

 

Au Mée, des expériences d'aide aux devoirs ou de soutien scolaire existent. Je suis pour ma part persuadé qu'il faut les encourager pour permettre à des familles qui se sentent exclues de l'école d'y avoir accès. Le risque est grand de voir en effet se développer une école à deux vitesses, certaines entreprises privées, comme Academia, ayant flairé le marché à coup de formations payantes.

 

La grande diversité des élèves, dont témoigne notre Ville, montre bien également la nécessité de solutions adaptées. Plusieurs intervenants ont ainsi rappelé que l'éducation constituait un tout et qu'il convient d'impliquer les familles et les collectivités locales. Car après l'école, il faut pouvoir proposer un environnement propice à l'épanouissement des enfants: activités sportives, activités culturelles, offre de colonies de vacances…

 

 

 

* Pour les contacter:  dynamee@laposte.net     06.63.15.52.82