Deux initiatives en direction des associations

Publié le

photo rencontres vie associativeComme je m’y étais engagé, j’ai réuni vendredi 7 octobre les 1ères rencontres de la vie associative du canton du Mée-sur-Seine. La salle de la Ferme des Arts de Vert Saint Denis était pleine avec une centaine de représentants issus de nos cinq communes et représentant la diversité des activités associatives de notre canton.

Avec pour objectif de permettre aux associations de se rencontrer entre elles et de partager leurs expériences, ces rencontres témoignaient également de mon intention et de celle de Jeanine Dupriez, ma suppléante, d’initier un nouveau mode de dialogue entre les élus et le monde associatif.

Trop souvent en effet, ce dialogue est perverti par la volonté de contrôle des uns sur les autres. Or, si le rôle des élus est d’encourager la vie associative car elle est l’un des vecteurs du lien social sur le terrain, ils doivent également veiller à garantir l'autonomie du monde associatif.

Ces rencontres étaient organisées en deux parties.  La première présentait un panorama de la vie associative ainsi que l’action du conseil général en direction des associations, tandis que la seconde était consacrée à nos projets pour notre canton.

Cela m’a permis de présenter deux initiatives.

Tout d’abord, en tant que membre de l’exécutif départemental en charge de la vie associative, je porte notre projet de mise en place d’un centre de ressources de la vie associative. Réaliste, ce projet a pour ambition de guider les associations dans leurs démarches et de les orienter depuis la création d’une association jusqu’à la mise en réseau avec d’autres interlocuteurs associatifs (organismes départementaux, communes, fédérations…)

Deuxième volet : la création à mes côtés d’un conseil consultatif cantonal. Fort d’une trentaine de membres, également répartis entre représentants d’associations et habitants, il aura pour objectif de réfléchir à l’avenir à moyen terme de notre canton et sera associé aux principaux projets d’investissement sur notre canton.

Un appel à candidatures aura lieu pour permettre à toutes celles et tous ceux qui le souhaitent de se porter candidats. Soucieux de transparence dans la désignation des membres de ce conseil consultatif, ses membres seraient tirés au sort parmi les candidats au cas où ils seraient trop nombreux. Je me méfie en effet du système de cooptation parfois utilisé et qui conduit fatalement au repli sur soi en ne désignant que des « amis ».  Je suis pour ma part persuadé qu’il ne faut pas avoir peur du débat  si nous voulons servir l’intérêt général.

Attentives toujours, enthousiastes souvent, critiques parfois, les associations présentes hier ont répondu très positivement à la démarche engagée.

Plusieurs ont souligné que c’était la première fois qu’un espace de dialogue leur était ainsi ouvert. Au-delà de rapports trop souvent « verticaux » avec les élus, elles souhaitent en effet pouvoir échanger entre elles et bénéficier de l’expérience acquise par les plus anciennes.

Elles ont également fait part de leur souhait d’être mieux associées en amont à la prise de décision. C’est d’ailleurs tout le pari du conseil consultatif cantonal que j’entends mettre en place.

Elles ont par ailleurs souligné la difficulté à trouver des bénévoles. Dans une société de plus en plus individualiste, leur fonctionnement repose souvent sur des jeunes retraités qui ont du temps et de l’énergie à consacrer à la collectivité.

Nous avons bien sûr aussi évoqué la question du financement des associations. Le conseil général est en effet un partenaire actif du monde associatif confronté, comme les associations elles-mêmes, au désengagement de l’Etat.

Enfin, même si cette question relève d’abord des communes, les conditions de mise à disposition de locaux préoccupent bon nombre d’associations.

 

Au sortir de cette réunion qui s’est prolongée à l’occasion du verre de l’amitié que Jeanine et moi avons offert, j’ai en tout cas la conviction que la concertation et la proximité sont indispensables si nous voulons être dignes de la mission que nous ont confiée les électeurs.