Développement durable: des actes maintenant!

Publié le

dans le bois de Bréviande

Le conseil municipal de ce soir était notamment consacré au développement durable. Pourtant, à notre grand désarroi, le rapport présenté au conseil municipal était très léger: une page recto verso qui, outre quelques lieux communs, résumait le lancement d'une politique de développement durable à une charte éco responsable et à la mise en place de deux comités destinés à élaborer un Agenda 21 d'ici à 2012.  Mais derrière les belles paroles, rien de bien concret.

 

Le développement durable ne peut pas être qu'un slogan!

 

La mise en place d'une politique de développement durable exige un plan d'actions précis et un minimum de cohérence. Ses objectifs, définis des 1987 par le rapport Brundtland pour l'ONU, associent en effet la défense de notre environnement, l'équité sociale, un développement économique soucieux de l'être humain, la participation des habitants aux décisions de la cité.

 

Malheureusement, les contradictions de la Mairie sont nombreuses sur ce sujet:

- Comment prétendre préserver l'environnement et envisager la disparition du Bois de l'Etrier?

- Comment prétendre lutter contre l'émission de gaz a effet de serre quand on achète une nouvelle mairie énergivore?

- Comment prétendre lutter contre la gabegie énergétique quand on a laissé augmenter les dépenses en eau de la commune de 74% en 2009 et les dépenses de chauffage de 35%?

- Comment prétendre agir en faveur de l'équité sociale quand on supprime les crédits aux colonies de vacances?

- Comment prétendre agir en faveur du développement économique et de l'emploi quand l'un des principaux employeurs de la commune, Nycomed, a dû laisser la place à la future mairie?

- Comment prétendre faire participer la population à la démarche de l'Agenda 21 quand on limite la participation de la société civile à son comité de pilotage à la présence de 2 associations paramunicipales et d'un organisme public présidé par le Maire?

Guère étonnant dans ces conditions que le budget du développement durable plafonne à environ 4000 euros en 2010 après avoir atteint 1700 euros en 2009!

 

Nos propositions ont malheureusement été écartées par le Maire


Faute de propositions concrètes de la part du Maire, j'ai présenté au nom de notre groupe des propositions destinées à donner du corps à la politique de développement durable de la commune.

 

Outre la réalisation d'un Agenda 21 et d'une charte éco-responsable, nous avons d'abord suggéré, dans l'esprit du Grenelle de l'Environnement, la réalisation d'un bilan carbone, c'est-à-dire d'une cartographie des émissions de gaz à effet de serre dans la commune pour pouvoir ensuite les limiter. Nous avons également préconisé l'ouverture des instances de pilotage de l'Agenda 21 à des associations véritablement indépendantes comme l'association des bois du canton ou les restaus du cœur pour disposer d'une expertise extérieure.

 

Et sans prétendre à l'exhaustivité, nous avons proposé six orientations pour l'Agenda 21:

 

 

1- Protéger l'environnement en préservant tous les espaces naturels ou boisés.

 

 

2- Diminuer l'émission par la commune des gaz à effet de serre en renonçant aux bâtiments énergivores et en s'engageant dans un programme d'isolation thermique des bâtiments municipaux et des écoles comme nous l'avons propose sans succès lors du débat budgétaire du 31 mars dernier.

 

 

3- Préparer l'avenir de la jeunesse et des enfants: en commençant par rétablir les crédits en faveur de l'école et des colonies de vacances mis à mal par la Mairie.

 

 

4. Lutter contre les discriminations en établissant un plan de lutte contre toutes les discriminations liées au genre, à l'origine ou au handicap. En matière de handicap notamment, tout le mode reconnaît qu'il reste beaucoup à faire au Mée par exemple en matière de voirie.

 

5- Développer l'économie durable en soutenant l'économie sociale et solidaire et en anticipant le départ d'entreprises comme cela aurait dû être le cas pour Nycomed.

 

 

6- Faire vivre la démocratie et la transparence à travers deux propositions concrètes: la mise en place d'un budget participatif comme cela se fait dans d'autres communes et la démocratisation des comités de quartier aujourd'hui très encadrés par la Mairie.


L'Adjoint au Maire chargé des finances et du développement durable a dû, lui-même, admettre que notre équipe avait fourni un important travail.

 

Mais le Maire n'a pas jugé utile de retenir une seule de ces propositions dans la délibération qu'il a fait adopter par le conseil municipal. C'est dommage car dans ces conditions, le développement durable risque d'attendre encore un peu avant de devenir un véritable principe d'action au Mée.