Effets d'annonce

Publié le

 

Photo 085Vous ne le saviez pas ? La gestion de la Mairie est particulièrement saine au Mée ! C’est en tout cas ce qu’a essayé de nous faire croire le Maire de la commune lors du débat d'orientations budgétaires qui s’est tenu au conseil municipal jeudi soir…Quitte à passer sous silence les nombreuses zones d’opacité qui obscurcissent sa gestion depuis plusieurs années et à transformer cette séance du conseil municipal en exercice d’auto satisfaction.

 

Revenons pourtant un peu en arrière. C’était il y a moins de deux ans. La Chambre Régionale des Comptes écrivait notamment dans son rapport sur la gestion de la commune communiqué aux élus en septembre 2011: « les finances communales devraient connaître une dégradation au cours des cinq années à venir, risquant d’entraîner la ville dans une spirale de la dette difficilement supportable ».

 

Ceci n’avait pas empêché la municipalité d’annoncer quelques mois après à l’occasion de la préparation du budget 2012 que la dette allait diminuer de 25,5 millions d’euros à 23,6 millions d’euros fin 2012. Bien évidemment, et malgré les promesses du Maire, c’est l’inverse qui s’est produit ! La dette a progressé en 2012 pour dépasser les 26 millions d’euros au début du mois de janvier 2013. En quelques années elle a progressé de plus de 30% et atteint près de 1250 euros par habitant, un montant bizarrement passé sous silence jeudi dernier. Il est vrai que la dette moyenne par habitant des communes de même taille est sensiblement inférieure puisqu'elle est de l’ordre de 1050 euros.

 

 

En 2012, comme chaque année, le Maire s’était également vanté de sa capacité à investir et avait annoncé un montant de dépenses d’investissements en 2012 de l’ordre de 17 millions d’euros. Au moment du bilan pourtant, la réalité est bien différente puisqu’il faudra constater au compte administratif 7,5 millions d’euros de « restes à réaliser ». Il s’agit tout simplement du montant des investissements inscrits au budget en 2012 et qui ont été repoussés à plus tard.

 

Faisant fi de cette réalité, le Maire du Mée a pourtant choisi de renouveler en 2013 les promesses qu’il avait faites en 2012 et qu’il n’a pas tenues. La dette ? Elle baissera en 2013 ! Les dépenses d’investissements, elles progresseront et atteindront cette fois-ci plus de 20 millions d’euros en 2013 !

 

Chacun comprend bien pourtant qu’il y a une contradiction majeure dans ce raisonnement. On ne peut pas à la fois faire exploser les investissements et réduire la dette ! Sauf à annoncer des choses que l’on ne fera pas. Exactement comme lors du débat d’orientations budgétaires de l’année dernière !

 

Il est vrai qu’à un an des élections municipales, le Maire du Mée ne compte pas s’embarrasser de telles évidences