Festival d'Avignon: le théâtre seine-et-marnais à l'honneur

Publié le

photos020811 001Depuis 1947, à l’instigation de Jean Vilar, le Festival d’Avignon est devenu l’un des événements culturels de l’année. Cette fête du théâtre réunit chaque mois de juillet des dizaines de milliers d’amateurs de théâtre venus profiter de plus de 1000 pièces qui animent le Festival « in » et le Festival « off ».


C’est également l’occasion de faire le point sur la production théâtrale de la rentrée. C’est pourquoi, en tant que Président d’Act’Art 77, l’organisme culturel associé au conseil général, j’ai profité de quelques jours dans le sud de la France pour y retrouver, en présence de Vincent Eblé, le président du conseil général et de Michèle Pélabère, conseillère générale déléguée à la culture, les acteurs du théâtre seine-et-marnais.


Elus, artistes, compagnies, lieux, et associations seine-et-marnais présents à Avignon se sont notamment retrouvés lors du débat organisé par le conseil général en présence des deux directeurs de scènes nationales du Département (La Ferme du Buisson à Noisiel et la Coupole à Sénart), mais aussi de metteurs en scène et de comédiens.


A cette occasion, nous avons pu confirmer la vitalité du théâtre seine-et-marnais à laquelle contribue le conseil général.

 

J’en veux deux exemples de pièces jouées cet été à Avignon et qui ont fait l’actualité à Avignon cet été :

-          - « Le suicidé » de Nicolaï Erdmann. Cette comédie russe des années 20, mise en scène par Patrick Pineau, a fait « salle » comble chaque soir dans les carrières de Boulbon en périphérie d’Avignon. Production de la Scène nationale de Sénart, elle y sera jouée du 17 au 21 janvier. Si vous le pouvez, allez voir cette pièce extrêmement vivante.

-         - « Maman revient pauvre orphelin » de Jean-Claude Grumberg, mise en scène par Stéphane Valensi. Repéré parmi les 1 143 spectacles du Off, ce spectacle, coproduit par Act’Art, a reçu un accueil chaleureux et a bénéficié d’articles de presse élogieux , notamment dans le Canard Enchainé, dont chacun connaît pourtant l'exigence de qualité.


La Scène Nationale de Sénart et Act’Art 77 bénéficient d’un soutien important du conseil général. Ces deux exemples montrent qu’avec l’engagement des collectivités locales, il est possible de concilier qualité, succès populaire, et promotion de l’action culturelle seine-et-marnaise.Quand on sait que l’Etat avait un moment envisagé d’empêcher les conseils généraux de poursuivre leur action en matière culturelle, cela a de quoi de faire réfléchir.  


Pour ma part, je demeure persuadé que la culture, comme l’éducation, sont des facteurs d’émancipation individuelle et de cohésion sociale. Je suis heureux de pouvoir y contribuer à mon niveau.