Le marché allée de la Gare: nous l'avons tant attendu!

Publié le

Photo 264

 

 

 

 

L'allée de la Gare doit redevenir un lieu de vie!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’était hier au Mée-sur-Seine. Environ dix ans après sa suppression à l’initiative de la municipalité, un marché est enfin réapparu allée de la Gare. Certes, les stands alimentaires sont portion congrue. Mais comment ne pas nous réjouir que ce quartier qui en a tant besoin retrouve un peu de vie ?

 

Nous avions depuis longtemps déploré sa disparition, décidée malgré l’opposition et les pétitions des habitants et des commerçants. Plutôt que de reconnaître son erreur, l’actuelle majorité municipale avait décidé de dépenser l’argent public dans un projet de marché et de buvette devant le Mas. Inadapté au plus grand nombre, son échec a été quasi immédiat.

 

Trop d’années ont ainsi été gâchées avant que la Mairie ne se rende à l’évidence. Pendant qu’elle tergiversait sur le marché, la situation économique s’est dégradée au Mée : commerces fermés, Laboratoires pharmaceutiques remplacés par la nouvelle Mairie, départ du centre de gestion de la fonction publique territoriale…


Ne parlons même pas du Leader Price allée de la Gare fermé il y a presque un an et dont nous attendons la réouverture. Huit mois ont déjà été perdus depuis que le Maire du Mée annonçait officiellement en février sa réouverture en … mars dernier : « C’est officiel maintenant : le magasin Leader Price situé allée de la Gare va rouvrir ses portes  début mars. C’est ce que son nouveau gérant, Omar Diouf, a annoncé lors d’une rencontre avec la presse locale organisée à l’Hôtel de ville du Mée-sur-Seine, jeudi 2 février. Habitant notre ville depuis 5 ans, ayant participé au lancement du précédent Leader Price, et lui-même gérant de 4 autres magasins en Ile-de-France, M. Diouf est un professionnel confirmé sur qui nous pouvons compter pour relancer durablement ce magasin. Le nouveau Leader Price sera entièrement consacré à l’alimentaire sous une formule Express. Sa surface sera ramenée à 600 ou 700 m2. L’espace libéré est important (environ 1.500 m2), d’où l’idée de créer une mini galerie marchande. »


On imagine pourtant qu’en parlant d’un « professionnel confirmé sur qui nous pouvons compter pour relancer durablement ce magasin », le Maire ne s’était pas engagé à la légère et qu’il avait des pistes précises en évoquant « l’idée de créer une mini galerie marchande ».


Chacun se fera son propre jugement sur la valeur des engagements pris par le Maire à l’époque.


Mais si la municipalité n’est pas seule responsable de la situation économique, elle a le devoir de dire la vérité à nos concitoyens et de créer un environnement favorable aux activités économiques et à l’emploi.


La révision du Plan Local d’Urbanisme aurait pu le permettre. Mais le Maire a donné la priorité à la construction de logements. La mise en place de la taxe d’aménagement aurait pu favoriser l’implantation de nouveaux commerces. Mais le Maire a écarté notre proposition d’en exonérer les locaux de commerces de détail de moins de 4000 m2.

 

Quant au volet économique du projet de rénovation urbaine, il ne cesse de reculer. Dernier exemple ? La municipalité a voté le 11 juillet la réduction de plus d’un tiers des surfaces qui devaient être dédiées aux commerces et aux activités dans le cadre de la concession  d’aménagement du projet de rénovation urbaine.

 

Le développement économique et l’emploi sont pourtant la clé du redressement de notre ville.