Le Mée, ville propre?

Publié le

photo(7)Chaque dimanche, les habitants du quartier de la Gare assistent au même spectacle. 24 heures après la tenue du marché, les cagettes s’entassent, les papiers traînent, les fruits et légumes jonchent le sol, à l’image de la photo prise courant août qui illustre cet article. Il faut attendre le lundi matin pour que le quartier soit enfin nettoyé, comme s’il était acceptable de faire subir aux habitants ces dégradations du quotidien.

 

Heureusement, tous les quartiers ne subissent pas encore de telles nuisances. Mais chacun peut constater une détérioration de la situation: détritus sur le sol, chantiers de la rénovation urbaine non entretenus, pelouses non nettoyées, centres commerciaux de moins en moins avenants.

 

Ce manque d’entretien contribue au sentiment de dégradation de notre commune que déplorent nombre d’habitants, mais aussi d’agents municipaux qui ne disposent pas des moyens suffisants pour faire face à l’ampleur de la tâche.

 

C’est d’autant plus regrettable que l’actuel Maire du Mée, également vice-président de l’Agglomération, est le président du Smitom (Syndicat des ordures ménagères), fonctions dont il cumule les indemnités. Il a donc les moyens d’agir !

 

Pour nous, cette inaction n’est pas une fatalité. Des mesures énergiques sont indispensables pour stopper ces dégradations : verbalisation des auteurs, campagne de civisme pour pousser les habitants à plus de respect des espaces publics, effort  de propreté et d’entretien des centres commerciaux, appel aux jeunes des quartiers pour assurer le nettoyage.


Je forme en tout cas l’espoir que cet article aura poussé la municipalité à agir aussitôt, pour faire disparaitre l’un des symboles de la dégradation de notre cadre de vie.