Sauvons nos bois!

Publié le

forêt de BréviandeSamedi 30 janvier, j'ai participé à l'Assemblée Générale de l'Association des Bois du Canton. Présidée par Jacques Machard, ancien Maire de Vert Saint Denis, on lui doit en grande partie ainsi qu'à l'action de Gérard Bernheim, conseiller général (PS) du Mée et Vice-Président du conseil général,  la préservation du Bois de Bréviande menacé par le projet de contournement de Melun, couramment appelé C5.

 Ce projet de contournement routier de Melun était pourtant ardemment défendu par de nombreux élus de l'Agglomération melunaise qui pensaient ainsi pouvoir se débarrasser d'une partie des nuisances dont souffrait Melun, notamment avenue Thiers.

 

Ce projet, évalué à l'époque à 470 millions d'euros (!), rebaptisé Dossier de Voirie d'Agglomération, n'a pourtant jamais complètement convaincu quant à sa capacité à résoudre les nuisances subies par Melun. Pire encore, certains redoutent qu'un tel contournement n'aggrave le trafic en se transformant en "aspirateur à voitures". Surtout, notre cadre de vie en aurait pris un sacré coup en défigurant nos bois qui constituent le poumon vert de notre commune et de notre canton.

 

Ce projet n'a heureusement pas abouti à ce jour. Son coût, inabordable, la détermination de Gérard Bernheim au conseil général, les réserves exprimées par le conseil régional dans le cadre de la révision du SDRIF (Schéma Directeur de la Région Ile-de-France), la mobilisation des associations et des élus concernés ont permis de bloquer, au moins provisoirement ce projet néfaste pour l'environnement. Tête de liste aux élections municipales, j'avais, avec mes colistiers confirmé notre refus clair du projet de contournement dans le cadre de l'enquête publique réalisée à l'occasion de l'élaboration du SDRIF.

 

Mais nous devons rester vigilants et refuser toute atteinte à l'intégrité de nos bois.

 

Car certains n'ont pas abandonné ce projet de contournement. C'est notamment le cas de l'Etat qui, malgré les réserves de la Région, a ré-intégré le projet de contournement de Melun dans le projet de SDRIF. Cette position est d'autant plus regrettable qu'elle est en totale contradiction avec les conclusions du Grenelle de l'Environnement. Mais il est vrai que la Mairie UMP de Melun, elle, n'a pas désarmé et continue à réclamer un contournement routier à cors et à cris. Et que certains espèrent peut-être substituer à un contournement d'un seul tenant un contournement en "kit", c'est-à-dire réalisé par petits bouts.

 

Nous devons également veiller à ce que d'éventuelles solutions alternatives au contournement de Melun ne créent pas des nuisances nouvelles en détournant une partie du trafic automobile vers les communes de la périphérie melunaise. 
 

Nous devons également refuser tout égoïsme et imaginer des solutions qui bénéficient tant à notre commune qu'aux communes environnantes. L'indispensable amélioration des transports en commun au sein de l'Agglomération est donc indispensable. La mise en place d'un transport en commun en site propre Melun-Sénart sera bientôt effective. Tant mieux. Mais il faut aller plus loin en défendant l'ensemble des alternatives à la voiture (trains, liaisons douces ou amélioration de la fréquence des bus du réseau TRAM au sein de l'Agglomération).

Ce ne sera pas une surprise pour les lecteurs réguliers de ce blog. Pour nous, le développement durable n'est pas qu'un slogan. Protection des bois et promotion des transports en commun sont donc indissociables.