Solidarités sans frontières

Publié le

photo151011Samedi après-midi, j’ai participé comme chaque année à la cérémonie de remise des diplômes organisée par l’association franco-comorienne du Mée. C’’est un moment toujours très émouvant. Les félicitations ainsi décernées aux jeunes comoriens, dont beaucoup sont également français, ont valeur d’exemple pour leurs petits frères ou sœurs. Elles vont également droit au cœur des parents qui savent qu’il n y a pas d’avenir sans éducation.

Le soutien à ces initiatives est pour moi primordial. L’attachement de ces jeunes aux valeurs de la République, dont celles dispensées par l'école, va de pair avec la fidélité à leur culture. J’ai en effet la conviction que l’on est d’autant plus fort pour regarder l’avenir que l’on connaît ses racines.

J’ai également saisi l’occasion qui m’était donnée d’intervenir devant les membres de cette association pour présenter le travail que je mène au conseil général en faveur de la solidarité internationale. Lundi 17 octobre, j’espère en effet faire adopter par l’Assemblée Départementale les nouvelles orientations du conseil général en la matière que j’ai élaborées avec nos services.

Même si la solidarité internationale ne figure pas au cœur de nos compétences, nous avons la conviction que les collectivités locales ne peuvent se désintéresser des enjeux de développement des pays en voie de développement. C’est d’autant plus vrai en Seine-et-Marne que nous disposons d’un vaste réseau d’associations et de collectivités qui agissent dans ce domaine.

Ces orientations s’organisent donc autour de quatre axes :

-         Encourager les projets d’associations seine et marnaises qui interviennent dans des pays moins favorisés que le nôtre. Mais comme il existe une grande diversité de situations dans le monde, nous avons souhaité assouplir la liste des pays dans lesquels une intervention est possible.

-         Développer les échanges d’expériences entre associations qui interviennent en matière de solidarité internationale. C’est l’objectif du comité de ressources que nous avons décidé de relancer et qui sera avant tout un lieu de dialogue.

-         Mettre en place des congés de solidarité internationale au bénéfice d’agents du conseil général qui souhaitent s’investir dans le cadre de missions dans des pays du sud.

-         Répondre aux besoins d’aide humanitaire d’urgence. Nous voterons ainsi lundi une aide de 10 000 euros en faveur de l’UNICEF pour qu’elle intervienne dans la corne de l’Afrique aujourd’hui en plein désarroi.

J’ai bon espoir que ces orientations reçoivent un large appui de l’Assemblée Départementale.