Toute question mérite réponse

Publié le

Photo 141A l'issue de la cérémonie du 8 mai, je me suis rendu à l'invitation des riverains de la rue de la Pomponnette.  Située entre le centre de loisirs Charles Perrault et la rue de la Haie de la Chasse, cette rue est bordée par un petit bois.

 

Les habitants, dont certains vivent dans ce lotissement depuis sa construction dans les années 80, se sont tournés vers moi, faute de réponse de la part du Maire à leurs préoccupations. Ils s'inquiètent en particulier de l'entretien du petit bois. En effet, attachés à sa préservation, ils ont attiré à plusieurs reprises l'attention de la mairie sur le devenir des chênes qui bordent leurs propriétés. De taille encore raisonnable lorsque le lotissement a été construit, ils mesurent aujourd'hui, semble-t-il, de 15 à 20 mètres menaçant les habitations attenantes en cas de forte tempête, comme cela s'est encore passé au début de l'année, sans qu'aucun travail d'élagage ou d'étêtage ne soit intervenu.

 

Un désaccord persistant sur la propriété du bois empêche, semble-t-il, la Mairie d'intervenir comme elle le fait dans d'autres quartiers du Mée. Les riverains qui m'ont emmené sur place le comprennent d'autant moins que des aménagements ont été effectués comme l'installation d'une table de pique nique.

 Photo 134

 

Mais au-delà des faits, les riverains ne comprennent pas l'inaction du Maire. En effet leur pétition adressée il y a plus de 6 mois serait toujours sans effet. Il s'agit pourtant d'une simple question de respect à l'égard des habitants. Tout courrier doit pouvoir bénéficier d'un suivi.

 

C'est aussi le sens de ma rencontre avec les riverains de la rue de la Pomponnette qui, comme tous les habitants du Mée, ont le droit d'être écoutés.