Un spectacle inhabituel

Publié le

photograff

C'est à un spectacle bien inhabituel que l'on peut assister depuis une semaine à Champagne sur Seine et à Melun. A l'initiative d'Act Art, l'association culturelle du conseil général que je préside, plusieurs bâtiments, éléments de notre patrimoine industriel ou urbain, sont pris d'assaut par des graffeurs dont certains ont une renommée internationale.


A Champagne sur Seine, les anciennes usines Jeumont Schneider ont vu battre le cœur industriel de ce territoire. En permettant à des artistes de les investir, nous leur redonnons vie, témoignant ainsi du caractère vivant de ce patrimoine. L'objectif est aussi de changer le regard des habitants sur leur paysage quotidien tout en contribuant à la renaissance de ce patrimoine industriel. Car derrière ces murs, aujourd'hui décorés de fresques, ce sont des milliers d'ouvriers qui ont façonné l'histoire de ce territoire. En visitant le lieu le vendredi 29 juin, un ancien salarié qui avait travaillé pendant 40 ans dans ces usines, m'a ainsi retracé la vie de ces industries, se réjouissant de la fête populaire organisée autour de l'événenement en lien avec la Mairie de Champagne. A l'entendre, il n'avait pas vu autant de monde dans la cour de l'usine depuis les grèves de 68:-)

A Melun, c'est la cité Gaston Tunc que nous avons investie. De grandes fresques sont visibles depuis la pénétrante et le rond point de l'Europe. Promise à la destruction dans quelques mois, dans le cadre du projet de rénovation urbaine, cette cité connaît un dernier sursaut. A toutes cellles et tous ceux qui s'étaient habitués à la grisaille de ces murs, nous permettons de regarder leur quotidien différemment en lui donnant un peu de couleur. Car nous ne saurions oublier que derrière ces murs ont vécu des habitants, avec leur lot de drames et de joies. En mettant en valeur leur lieu de vie, nous voulons également leur témoigner notre respect.

Illuminer le quotidien, changer le regard sur nos paysages traditionnels, permettre l'accès de tous à la culture, contribuer au débat, tel est bien l'objectif que s'est fixé Act Art. La culture n'est pas l'apanage de quelques-uns. Elle peut élever chacun. C'est ne que nous faisons aujourd'hui avec ce festival « We Art Urban », comme nous le faisons tout au long de la saison avec le festival Hoptimum, avec les Scènes Rurales ou avec l'opération « Collège au cinéma ».