Un territoire solidaire

Publié le

photoMDSCe lundi, j’ai installé officiellement la Conférence Territoriale des Solidarités de la Maison Départementales des Solidarités (MDS) de Melun Val de Seine. Réunissant conseillers généraux, élus du territoire, intervenants associatifs, professionnels et même deux usagers, elle a pour objectif de construire des solutions plus efficaces pour répondre aux difficultés des habitants.


Face à une situation sociale de plus en plus dégradée, cette démarche traduit la volonté du Conseil général de mieux adapter les politiques sociales aux besoins locaux.


Si le territoire couvert par la MDS (les 14 communes de l’Agglomération de Melun Val de Seine et la commune de Maincy) souffre comme beaucoup d’autres d’une dégradation de la situation sociale, il témoigne également de spécificités locales. Le diagnostic présenté aujourd’hui ne peut pas nous laisser insensibles.


Ce sont ainsi 23 000 personnes qui ont été reçues à la MDS en 2011, soit une personne toutes le 5 minutes. Quand on sait que le territoire couvert par la MDS regroupe plus de 120 000 habitants, on a un bref aperçu de l’importance des besoins de la population.


D’autres indicateurs témoignent de cette situation sociale :

  •  alors qu’au plan départemental, le nombre d’allocataires du RSA est passé de 12 000 à 20 000 entre 2008 et 2011 et représente 1,5% de la population départementale, il concerne plus de 3000 habitants de notre territoire, soit 2,5% de sa population,
  • les logements sociaux représentent plus de 30% du parc des résidences principales contre 17% environ en Seine-et-Marne,
  •  30% des allocataires de la Caisse des Allocations Familiales sont des familles monoparentales contre 23% en moyenne départementale.

Au-delà des chiffres, chacun se rend bien compte de l’aggravation de certaines problématiques : difficultés d’hébergement, personnes isolées, nombre d’enfants accueillis par l’Aide Sociale à l’Enfance. Cette réalité, je la constate moi-même lors des permanences que je tiens régulièrement au Mée ou lors de mes rencontres en tête à tête avec les habitants.


Mais au-delà du diagnostic, il convient de mettre en œuvre un projet. Sur notre territoire, il s’articule en particulier autour d’une prévention médico sociale et sociale renforcée, d’une meilleure prise en compte des besoins des usagers et d’une coordination accrue entre les différents partenaires de la solidarité.


Pour ce faire, nous mettons en place trois ateliers qui réuniront ces différents acteurs et les professionnels de la Maison Départementale des solidarités : un premier atelier consacré à la prévention et à la protection, un second qui traitera de la cohésion et de l’insertion sociale et un troisième qui couvrira également Sénart consacré à l’emploi.


C’est un travail de longue haleine qui nous attend. Et nous ne serons jamais trop nombreux pour rechercher des solutions. Car à la clef, il y a la nécessité d’améliorer des situations humaines parfois dramatiques.