Une défaite mal digérée?

Publié le

photoécharpeToutes celles et tous ceux qui étaient présents à la Mairie du Mée le soir du 2e tour des élections cantonales en mars dernier se souviennent certainement du climat houleux dans lequel beaucoup de proches de la municipalité ont accueilli mon élection. De façon peu respectueuse pour le suffrage universel, huées et sifflets avaient salué la proclamation des résultats et avaient tenté d’interrompre ma première déclaration en tant que conseiller général.

 

Pour ma part, j’avais espéré un sursaut à la suite d’une campagne où la familiarité du ton employé dans les tracts de mon opposant à mon égard ou à l’égard de Gérard Bernheim, mon prédécesseur  au conseil général, ne lui avait pas porté chance.

 

Force est pourtant de constater qu’un peu plus de six mois après sa défaite, la majorité municipale du Mée semble avoir toujours autant de difficultés à accepter mon élection comme conseiller général.

 

Je ne reviendrai pas ici sur la conduite de la majorité municipale à l’égard de notre groupe municipal : commissions municipales réunies sans dossier préalable, demandes d’information sans réponse, plannings de manifestations non transmis ou limités à leur plus simple expression …  Il suffit de se reporter à la page « Brèves méennes » sur ce blog pour en avoir un léger aperçu.

 

Je n'insisterai pas non plus sur le tract de rentrée de la majorité municipale qui m'était largement consacré et dont l'un des titres "Guérinade ou galéjade" n'était pas sans rappeler le ton utilisé pendant la récente campagne électorale.

 

Mais je m’inquiète pour les habitants du refus de la majorité municipale de coopérer avec le conseiller général nouvellement élu.

 

Ne serait-il pas plus efficace de me consulter avant de soumettre des demandes de subvention au conseil général ? Pourtant, alors que la commune a besoin des aides du conseil général pour mener à bien beaucoup de ses projets, le Maire préfère monter les dossiers sans m'y associer.

 

Ne serait-il pas logique d’informer suffisamment les habitants des dates de mes permanences en tant que conseiller général ? Mais alors que j’ai communiqué ces dates au Maire depuis plusieurs semaines et que je lui ai transmis des affichettes en ce sens, rien ne figure sur les panneaux municipaux ni dans Le Mée Vision. Nombreux sont pourtant les Méens, dans cette période de crise,  qui pourraient souhaiter ainsi s’informer des aides dont ils peuvent bénéficier de la part du Conseil général .

 

Ne serait-il pas pertinent de montrer notre capacité à surmonter nos différences et à nous rassembler autour des valeurs républicaines ? Dans cet état d’esprit, je dépose, depuis mon élection en tant que conseiller général, une gerbe devant le monument aux morts du cimetière du Mée. Et afin de montrer l’unité de notre commune dans de telles circonstances, j’avais proposé au Maire de pouvoir dire, à ses côtés, un mot à cette occasion. Mais le 11 novembre, comme le 8 mai, ceci m’a été refusé.

 

Je peux comprendre que le Maire du Mée ait été ébranlé par ses deux défaites successives aux élections cantonales de mars puis aux élections sénatoriales de septembre. Mais j’ai la conviction que l’on est plus fort lorsqu’on accepte le dialogue républicain plutôt que lorsqu’on pratique le repli sur soi.