Une soirée au goût amer

Publié le

100 0797Jeudi soir 13 juin se tenait au Mas un beau spectacle de danse espagnole, fruit du travail d’une année de la part des enseignants et des élèves du collège La Fontaine au Mée. Le spectacle était de haut niveau, les tableaux se succédant avec brio. Trop souvent décrié, le collège témoignait là de ses capacités de réussir, les professeurs de leur investissement, et les collégiens de leur talent.

Oui, disons-le, ce collège dispose de talents et d’élèves qui veut réussir.

Mais malheureusement, la fête jeudi soir fut en partie gâchée. Un groupe d’adolescents est venu troubler la représentation, criant, et empêchant le bon déroulement de la soirée au point qu’il fallut rallumer les lumières et ramener le calme dans la salle. Il a fallu des parents et quelques membres de la communauté éducative courageux pour réagir car l’atmosphère était électrique et à la limite du dérapage.

Quelle tristesse pour les collégiens qui tentaient vaille que vaille de poursuivre leur prestation malgré le climat délétère qui y régnait.

Mais au-delà de ces faits inadmissibles, je me suis interrogé sur l’organisation. Comment a-t-on pu laisser rentrer tant de jeunes mineurs sans accompagnement ? La présence d’un seul vigile était-elle suffisante pour prévenir les difficultés ? Est-il normal que ces jeunes, une fois dans la salle, aient été laissés entre eux dans les travées ? Des médiateurs étaient-ils présents dans la salle?

J’ai moi-même dû intervenir avec quelques autres adultes pour monter dans les travées en cours de représentation. 

 

Je n'accepte pas en effet qu'une minorité gâche ainsi le travail de tout un collège. Et je refuse de croire que la solution serait de renoncer aux projets culturels et éducatifs. 

Cette soirée doit servir de leçon pour qu'à l'avenir nous nous donnions les moyens de permettre à ces spectacles de se dérouler en toute sérénité.